AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 JANIS ♞ all that glitters is gold (ended)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Janis Risfeldt

avatar

► POSTS : 63
► INSCRIT(E) LE : 17/11/2010
► CREDITS : Avatar ❘ Calvaries ✷ Signature ❘ billie_rumble, billie communities @lj
► MULTINICKS : None

Don't blink...
► EMPLOI:
► MOOD:
► UP INTO THE LIGHT

MessageSujet: JANIS ♞ all that glitters is gold (ended)   Mer 17 Nov - 6:29


THEDEATHLY@tumblr
janis risfeldt


onecurriculum vitae
Date de naissance ▲ Née un jour d’hiver, un 12 février 1982 et a donc compté ses vingt-huit ans cette année. Lieu de naissance ▲ Janis a vu le jour à Seattle, dans l’Etat de Washington, dans le nord-ouest des Etats-Unis, presque à la frontière du Canada. Cependant, pour sa carrière de mannequin (cf 2.), elle n’a pas hésité à emménager dans l’Etat d’Oregon. Nationalité ▲ Américaine mais elle dénombre, entre autres, des origines françaises et algériennes par son grand-père. Emploi ▲ Vendeuse au Central Market, après avoir été licenciée par son agence de mannequinat, son contrat à peine expiré (cf 2). Statut ▲ Célibataire. Groupe ▲ Haunted.

twotime is a valuable thing
Janis est née deux jours, ou plutôt deux soirs avant la Saint-Valentin, le jour des amoureux. Malheureusement, ils ne purent profiter de la fête puisqu'ils périrent dans un accident de voiture, ce soir-là, d'une extrême violence. Par on ne sait quel miracle, Janis s'en sortit indemne, alors qu'elle se trouvait également dans la voiture, et qu'elle n'avait que deux jours. ◮ Après cet incident tragique, le bambin fut recueilli par une famille d'accueil mais l'enfant était bien trop perturbé et traumatisé pour rester dans une famille, en toute stabilité. Elle passa ainsi d'une famille à l'orphelinat et ce fut finalement ici qu'elle vécut la plus grande partie de son enfance. ◮ Livrée à elle-même, ne connaissant pas le rôle des parents, elle dut s'éduquer seule, même si les éducateurs étaient présents. Elle apprit les choses bien plus tôt que ne le doivent les enfants. Elle sut se débrouiller dès son plus jeune âge. Elle commençait à s’habituer à la vie monotone du Trinity Orphanage, l’orphelinat où elle avait grandi. Puis un jour, un homme d’une quarantaine d’années, sans un cheveu sur le caillou mais dont les bras étaient relativement grossis par ses muscles, vint la chercher. Il entra dans la classe et la désigna de son index rongé et dont la peau était plutôt de couleur marron, voire noircie. C’est ainsi que Janis commença sa carrière de mannequin. Plus tard, elle apprit que cet homme était le sélectionneur d’une agence de mode et qu’il parcourait les orphelinats pour trouver la perle rare, faute de la trouver autre part, sûrement. ◮ Mais il y a cinq mois, Janis a perdu le contrôle d’elle-même, suite à une nuit passée dans la rue, dans l’obscurité, la pénombre, les ténèbres. Son visage se décomposait. Elle devenait quelqu’un d’autre, et tout ça à cause des ombres. Elle fut rapidement licenciée de son agence de mannequinat, où elle avait travaillé pendant plus de douze ans. C’était la doyenne des mannequins, comme on disait. Mais tout prend fin un jour. ◮ Aujourd’hui, après avoir repris le contrôle sur elle-même et après avoir effectué maintes recherches à la bibliothèque nationale et sur le net, Janis connaît l’existence des ombres. Mais elle sait que tout cela peut paraître superficiel et dingue – littéralement dingue, en fait – et c’est pour cela qu’elle ne prévient pas tous les Etats-Unis de l’existence des ombres. Et c’est pourquoi personne ne le fait, d’ailleurs. ◮ Après avoir passé quelques semaines avec ces satanées ombres, Janis a une peur bleue de l’obscurité. La nuit, en dormant, elle rêve de l’emprise qu’ont les ombres sur elle et ne peut s’empêcher de garder la lampe allumée. Elle ne sort plus le soir, à moins d’être avec d’autres personnes en qui elle a confiance. Mais elle en devient paranoïaque : et si ces personnes-là étaient également sous l’emprise des ombres, que lui arriverait-il ? ◮ A l’orphelinat où elle a grandi, Janis n’a jamais vécu avec des hommes – ou des garçons, dirons-nous – et ce n’est pas aujourd’hui que cela va commencer. Ainsi, elle n’a eu que très peu d’expériences avec les humains de sexe masculin et elle ressent le besoin de fuir dès qu’un homme s’approche un peu trop d’elle. Elle perd tous ses moyens et la jeune femme dure à cuire qui ne se laisse pas faire devient alors une enfant sensible et naïve, trop inexpérimentée et timide pour tenter quoi que ce soit.


fourshadows of the day
Pseudo ▲ Everest, Floriane.
Avatar ▲ Billie Piper, pour la deuxième fois. I love you
Commentaire, dédicace ▲ Dédicace à tout ce beau monde, à ce beau staff, à ce (supramagnifique) staff et merci à Gingercat de m'avoir passé le lien. :hey:


Dernière édition par Janis Risfeldt le Dim 21 Nov - 8:12, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Janis Risfeldt

avatar

► POSTS : 63
► INSCRIT(E) LE : 17/11/2010
► CREDITS : Avatar ❘ Calvaries ✷ Signature ❘ billie_rumble, billie communities @lj
► MULTINICKS : None

Don't blink...
► EMPLOI:
► MOOD:
► UP INTO THE LIGHT

MessageSujet: Re: JANIS ♞ all that glitters is gold (ended)   Mer 17 Nov - 6:30


CASTIELLS
Le soleil se couchait à l’horizon, dessinant un trait au crayon au-dessus des flots, séparant le bleu azur de la mer du ciel gris, soulignant les nuages qui se transformaient dans l’obscurité. Je m’éloignai lentement du tableau accroché sur le mur pour suivre mon guide. Il ne cessait de me parler. Il parlait. Tout le temps. Il débitait une centaine de mots à la seconde et je n’arrivais plus à suivre le fil. J’accolais mes pas aux siens pour ne pas me perdre dans l’immensité de ce château. C’était une sorte de manoir qui appartenait à l’une des familles les plus riches des Etats-Unis, voire du monde, même. Les murs crépis avaient été joliment peints, autrefois. Le plafond était semblable à ceux que l’on peut trouver dans les églises italiennes dont j’étais incapable de citer le nom. Le sol était carrelé de pavés d’argile, qui se joignaient entre eux par des rosaces de style classique. Mes lèvres me brûlaient. Mon palais était sec. Ma langue ne pouvait plus se séparer du revers de mes dents. Je souffrais mais je me taisais. Le guide me présentait les chambres. C’étaient de ces pièces qui en finissent plus. Ce styles de pièce à vous effrayer toute la nuit parce-que l’obscurité commence à vous gagner aussi. Et puis d’autre part, ça fout la frousse parce-qu’on connaît rien. L’armoire. On sait pas ce qu’il y a à l’intérieur. Le lit. On ignore ce qui s’y cache au-dessous. Et le cœur bat. Je sens les pulsions qui viennent me frapper. Je sens les rafales qui me soufflent au visage. Mais je suis malheureuse. C’est une espèce d’excitation, mêlée à une sorte de nostalgie. Le guide ne s’arrête pas. Je n’entends plus que la pluie qui s’abat sur le toit de briques rouges. Je n’entends pas son flot de paroles. Je ne l’entends plus. L’assistance sociale m’attend à la sortie, accoudée à l’embrasure de la porte, avec un sourire plein d’émotion. Elle me jette un regard plein d’espoir. Elle espère que je vais accepter de vivre ici. Pour une fois. Elle espère que je quitterai l’orphelinat pour m’installer ici, dans une vraie famille. Le guide rejoint l’assistance sociale, avec ce même sourire empli d’espoir. Il caresse mes cheveux du regard, ondule mon visage de ses simples prunelles et porte son regard jusqu’à sa femme, que je n’avais alors pas remarqué. Elle avait un de ces visages de poupées. Ses yeux marrons, presque beiges, se mêlaient à sa peau de porcelaine. Ses lèvres rougies, gercées, feutrées s’étendaient dans un sourire inquiet qui s’épuisait peu à peu, tandis que les minutes défilaient. « On vous donne des nouvelles très vite, face au choix de Jenice. » murmura l’assistance sociale à l’oreille du fameux guide. Jenice. C’était Janis, bordel. Elle avait prononcé mon prénom avec un air blasé mais avec des intonations poétiques. J’en avais pas besoin, de ces présentations à la con. De ces airs accusateurs quand on me regardait. J’avais besoin que de moi-même. Je pouvais compter que sur moi-même, on me l’a toujours dit. On me l’a toujours répété et peu à peu, j’y ai cru. L’assistante sociale, Jen qu’elle s’appelait, me tint la main jusqu’à la voiture. Malgré mes dix ans, je la dépassais largement et ses mains étaient si petites, si moites, si frêles que j’aurais tout donné pour m’en échapper. Ouvrant la portière, je passai la tête puis les jambes dans la petite Deux Chevaux, une voiture de collection qu’on lui avait léguée pour la remercier de son travail. Tu parles. Jen m’adressa un léger regard, alors que je tentais vainement d’attacher ma ceinture de sécurité. Tant pis. « Cette famille est géniale, n’est-ce pas ? Je suis sûre et certaine que tu t’y plairas. » dit-elle finalement, d’un ton ferme. Pour elle, il était pas question que je refuse. Pour elle, j’étais déjà dans le répertoire des enfants logés dans une famille d’accueil. Pour elle, je quittais l’orphelinat dès le lendemain, ma valise – mon seul bien, la seule chose qui m’importait encore – en main et le désir de voire du nouveau monde. Mais c’était pas ce que je voulais. Et je comptais pas obéir aux souhaits d’une vieille assistante sociale, qui s’appelait Jen et qui, allant sur ses cinquante ans, mesurait moins d’un mètre quarante-cinq. Certainement pas. Elle me regarda. Encore. Elle voulait une réponse, qu’elle espérait positive. Je bafouillais, cherchant mes mots, pour éviter un affrontement avec elle. Dès notre arrivée à l’orphelinat, elle voudrait sûrement me raccompagner jusqu’au dortoir et me demander de m’exprimer face à cette nouvelle famille. Elle me dirait, comme à chaque fois, que celle-là était sa préférée et elle me prendrait par les sentiments en me disant que les parents n’avaient jamais eu d’enfant et que c’était une occasion rêvée pour eux. Elle changeait jamais de tactique. Dommage, parce-qu’elle ne marchait pas. Pas avec moi, en tout cas. Je devinais ses mots. Je lisais dans ses lèvres. Chaque mouvement de ses lèvres, chaque rotation de ses commissures. Chacun de ses gestes, je pouvais les prévoir. Elle me regarda à nouveau. Elle n’espérait plus une réponse. Elle l’exigeait. « La maison. Elle me fait peur. » marmonnai-je, en espérant que Jen n’irait pas fouiller plus profond dans mon esprit. Elle rehaussa ses lunettes sur l’arête de son nez et elle se concentra sur la route qui défilait sur le côté de la Deux Chevaux. J’étouffais dans ma doudoune noire, doublée de fourrure. C’était un cadeau d’une famille d’accueil. Je commençais à m’y habituer. Je veux dire, à leurs cadeaux. Ils essayaient de m’attirer dans leurs filets. Ils voulaient à tout prix que j’intègre leurs misérables familles. Mais je fonctionnais pas comme ça, moi.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Les ruelles de Saint Hood River étaient de plus en plus bruyantes, tandis que les minutes défilaient à une allure fulgurante. La grande horloge de l'église affichait 3:02 et la nuit était à son comble. La pluie, aussi. Des gouttelettes perlaient sur mon front, que j'essuyais maladroitement avec le revers de ma manche. Le goudron s'effritait sous mes sabots et j'entendais déjà les voix provenant du cabaret. Une voix aigüe récitait délicatement les paroles d'une chanson des Beach Boys, tandis qu'une autre voix légèrement plus grave chantait en canon. Je voyais déjà les fenestrons qui s'éclairaient de couleurs différentes, tels des vitraux. Je marchais de plus en plus vite. Mon cœur aussi. J'entendais même mon souffle résonner au coin de la rue. J'étais anxieuse, sans vraiment savoir pourquoi. J'étais vraiment anxieuse. Je me sentais suivie. Mais je n'osais pas me retourner. Je marchais devant moi. Peu importe où je m'arrêterai. Il fallait que je marche, que j'exerce un mouvement machinal, toujours plus vite. Toujours. Mais cela ne cessait pas. J'arrivais dans une impasse à sens unique et sans issue possible. Je marchais encore. Au fond de la rue, il y avait des poubelles aménagées, qui régnaient entre deux immeubles et qui cachaient un vieux grillage tout rouillé. Je saisis mes cheveux d'un côté de mon épaule et je fermai les yeux. Puis je les rouvris. Mais j'étais toujours dans cette impasse, dans cette obscurité profonde et avec des poubelles qui me barraient la route. Il n'y avait aucune possibilité d'y échapper. J'étais perdue. Je devais me retourner. Mon cœur était en suspension. Il avait cessé de battre, trop sollicité pour fonctionner normalement. Je freinai le pas. Peut-être aurais-je plus de temps pour faire demi-tour. Peut-être aurais-je plus de temps pour confronter cette chose qui me suivait. J'étais convaincue que je n'étais pas seule, dans cette impasse de Saint Hood River, en pleine nuit, à 3:02 du matin. J'en étais persuadée. Les poubelles se rapprochaient de mon corps. Il ne restait plus qu'une vingtaine de centimètres. Impossible de reculer, ni de me tourner. Je m'arrêtai subitement, la mâchoire crispée. Je criai à pleins poumons mais le ciel noir semblait absorber mes paroles. Et puis, le trou noir.


Dernière édition par Janis Risfeldt le Dim 21 Nov - 7:41, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Métis De Bethisy

avatar

► POSTS : 55
► INSCRIT(E) LE : 17/11/2010
► CREDITS : PSEUDO - Primple ☠ AVATAR - Wildbitterness.
► QUOTE : ❝ You can close your eyes to the things you don't want to see, but you can't close your heart to the things you don't want to feel. ❞

Don't blink...
► EMPLOI: Actress.
► MOOD: Calmed, lonely.
► UP INTO THE LIGHT❖ ENNIS.

MessageSujet: Re: JANIS ♞ all that glitters is gold (ended)   Mer 17 Nov - 6:30

Bienvenue, Flo. :cutie:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marshall Whealer
BURNING BRIGHT ✄ There are things I regret but you can’t forgive.
avatar

► POSTS : 151
► INSCRIT(E) LE : 23/10/2010
► CREDITS : PSEUDO ♛ brain-leech - AVATAR ♛ brokenbrain.
► MULTINICKS : Aucun.
► QUOTE : ❝ I saw the sun go down outside of Arkansas; And I saw the sun come up somewhere in Illinois. And in the darkness I taught myself to hate. But where were you, oh where were you ? And where the fuck did the sun go ? ❞

Don't blink...
► EMPLOI: road crew supervisor.
► MOOD: pissed off.
► UP INTO THE LIGHT☞ MARLEY.

MessageSujet: Re: JANIS ♞ all that glitters is gold (ended)   Mer 17 Nov - 6:41

Bienvenue Floriane I love you
Billie :love:

___________________
I DO BELIEVE IT'S TRUE, THAT THERE ARE ROADS LEFT IN BOTH OR OUR SHOES. IF THE SILENCE TAKES YOU, THEN I HOPE IT TAKES ME TOO.❞ ✄ Cause in my head there's a greyhound station where I send my thoughts to far off destinations. So they may have a chance of finding a place where they're far more suited than here. A melody softly soaring through my atmosphere, where soul meets body.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red Cartwight
PNJ ✎ Losing what I don't deserve.
avatar

► POSTS : 223
► INSCRIT(E) LE : 14/08/2010
► CREDITS : © AVATAR; Castiells.
► QUOTE : I used the deadwood to make the fire rise. The blood of innocence burning in the skies.

Don't blink...
► EMPLOI:
► MOOD:
► UP INTO THE LIGHT

MessageSujet: Re: JANIS ♞ all that glitters is gold (ended)   Mer 17 Nov - 6:45

Bienvenue ! :hey: I love you
Excellent choix d'avatar. :cutie:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascend-to-oblivion.bbactif.com
Janis Risfeldt

avatar

► POSTS : 63
► INSCRIT(E) LE : 17/11/2010
► CREDITS : Avatar ❘ Calvaries ✷ Signature ❘ billie_rumble, billie communities @lj
► MULTINICKS : None

Don't blink...
► EMPLOI:
► MOOD:
► UP INTO THE LIGHT

MessageSujet: Re: JANIS ♞ all that glitters is gold (ended)   Mer 17 Nov - 6:59

Justine, merci beaucoup. Nina, elle te va si bien. I love you
Marshall, rah Ryan. :love: En plus, j'ai failli prendre Rachel McAdams mais Billie correspondait davantage au personnage. Mais bon, ça m'empêchera pas de te demander un lien, hein. Arrow
Marley, merci beaucoup. Karen, Billie, David Tennant en PNJ... Je crois qu'on a réuni le cast de Doctor Who inconsciemment, là, non ? Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mercat Brett
I wish the rocket stayed over the promenade, I would make a hook.
avatar

► POSTS : 111
► INSCRIT(E) LE : 24/10/2010
► CREDITS : PSEUDO ♙ Quokees, AVATAR ♙ Jane, SIGNATURE ♙ lyrics ~ firework.
► MULTINICKS : Not yet.
► QUOTE : ❝ a dreamer is one who can only find his way by moonlight, and his punishment is that he sees the dawn before the rest of the world. ❞

Don't blink...
► EMPLOI: Études de droit, travaille à mi-temps au Back Sheep..
► MOOD: Gloomy.
► UP INTO THE LIGHT❖ ❖ ❖

MessageSujet: Re: JANIS ♞ all that glitters is gold (ended)   Ven 19 Nov - 6:48

Bienvenue Floriane I love you BILLIE EST MAGNIFIQUE :cutie: :cutie:

___________________
❛ ever feel already buried deep, six feet under
scream, but no one seems to hear a thing ❜

the reason why all the doors are closed so you can open one that leads you to the perfect road.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Janis Risfeldt

avatar

► POSTS : 63
► INSCRIT(E) LE : 17/11/2010
► CREDITS : Avatar ❘ Calvaries ✷ Signature ❘ billie_rumble, billie communities @lj
► MULTINICKS : None

Don't blink...
► EMPLOI:
► MOOD:
► UP INTO THE LIGHT

MessageSujet: Re: JANIS ♞ all that glitters is gold (ended)   Ven 19 Nov - 7:39

Quokees avec Megan et un pseudo toujours aussi classe. I love you :hey:
Merci beaucoup. :wouf:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Janis Risfeldt

avatar

► POSTS : 63
► INSCRIT(E) LE : 17/11/2010
► CREDITS : Avatar ❘ Calvaries ✷ Signature ❘ billie_rumble, billie communities @lj
► MULTINICKS : None

Don't blink...
► EMPLOI:
► MOOD:
► UP INTO THE LIGHT

MessageSujet: Re: JANIS ♞ all that glitters is gold (ended)   Dim 21 Nov - 7:41

Désolée du DP mais je pense avoir terminé. C'est pas super palpitant mais bon ça retrace bien la vie de Janis. :hey:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red Cartwight
PNJ ✎ Losing what I don't deserve.
avatar

► POSTS : 223
► INSCRIT(E) LE : 14/08/2010
► CREDITS : © AVATAR; Castiells.
► QUOTE : I used the deadwood to make the fire rise. The blood of innocence burning in the skies.

Don't blink...
► EMPLOI:
► MOOD:
► UP INTO THE LIGHT

MessageSujet: Re: JANIS ♞ all that glitters is gold (ended)   Dim 21 Nov - 8:45

Je te valide. Bon jeu ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascend-to-oblivion.bbactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JANIS ♞ all that glitters is gold (ended)   

Revenir en haut Aller en bas
 

JANIS ♞ all that glitters is gold (ended)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ► TAKE A BREAK :: Goodbye to you :: First generation-
Sauter vers: